Questions disputées

 
 
Charte du forum
 
agrandir
 Nouveau sujet  |  Remonter au début  |  Retour au sujet  |  Rechercher  |  S'identifier   Nouveau sujet  |  Anciens sujets 
 Dédialectisation
Auteur: Ramirez 
Date:   02-08-2006 17:02

Chers amis,

Il me parâit intéressant à l'occasion de débusquer les dialectiques, c'est-à-dire les procédés de mise en opposition qu'on nous colle un peu partout à la figure, en posant d'abord une négation, le plus souvent celle de l'être.

C'est dans la bible qu'on trouve la plus magnifique dialectique, selon moi modèle de toutes les autres. Une dialectique "rigoureuse" s'articule en trois parties, tout d'abord une négation, puis une négation de la première négation, enfin une synthèse, de préférence toxique.

On a ça dans la Genèse, dans le dialogue entre ce personnage mythique qu'est le serpent et la femme :

1) Le serpent fonde la dialectique sur une première négation : Alors, il paraît que vous n'avez le droit de rien manger ?

2) La femme répond par une négation de cette première interro-négation : Mais pas du tout ! On a la droit de tout manger sauf du fruit de l'arbre de la connaissance du bien et du mal !

3) Il ne reste plus au serpent qu'à énoncer une synthèse toxique : Ah oui ? La vérité c'est surtout que Dieu sait que si vous en mangez, vous serez des dieux...

Si vous avez d'autres dialectiques à rapporter, contemporaines ou non, je les lirai avec grand intérêt.

Cordialement

Ramirez

Répondre à ce message
 
 Re: Dédialectisation
Auteur: Anielka 
Date:   02-08-2006 17:50

Je n´ai pas lu la Bible, mais il me semble que la dialectique n´est pas nécessaire dans ce passage, qu´elle y apparaît par hasard.

Le serpent ne pouvait pas dire directement: "Bonjour, si vous mangez de cet arbre, vous serez des dieux." Il devait faire d´abord un peu de conversation.

Le contenu de l´histroire serait le même si le serpent disait:

Bonjour, les pommes de cet arbre me semblent très bonnes. Vous n´en mangez pas?

E: Non, malheureusesment, Dieu nous a interdit de la faire.

S: Et vous savez pourquoi?

E: Non.

S: Voudriez vous le savoir?

E: Oui, dites-le-moi.

S: Parce que vous deviendriez des dieux.

E: Vraiment? Je ne crois pas.

S: Essayez. Vous n´avez rien à perdre.

Il a donc mentu deux fois à Eve. Parce qu´ils ne sont pas devenu des dieux, et il ont perdu le paradis.



Message modifié (02-08-2006 17:51)

Répondre à ce message
 
 Re: Dédialectisation
Auteur: Ramirez 
Date:   03-08-2006 01:09

Querida Anielka,

Vous vous efforcez de "dédialectiser"! ;-)

Dans un autre domaine, non biblique, celui de la littérature, comme il me semble que vous aimez la littérature, la dialectique préférée d'un Cioran c'est "doutez et vous serez féconds, ayez la foi et vous serez aussi sûrs de vous que stériles, donc idiots !".

Or Cioran oublie qu'une dialectique ne peut se résoudre qu'en assumant les deux termes mis en opposition, ici le doute et la foi, ou la timidité et l'assurance, ou encore le respect et l'irrespect. Il explique en effet que la timidé, donc le doute, induit le respect de l'autre, tandis que la foi et l'intelligence métaphysique conduiraient à l'assurance et à l'irrespect des autres...

C'est ce que parfois on appelle la "Zen attitude", autrement dit, soyons tous imbéciles, comme ça on sera frères. Bref, voilà pourquoi Cioran est resté toute sa vie prisonnier d'une dialectique pseudo mystique, en réalité infantile, car il n'est jamais entré vraiment au coeur du réel. A l'arrivée, en fait de simplicité, c'est Cioran qui est compliqué et s'embarrasse sans cesse de lui-même, et puis Cioran oublie que seul Dieu, s'il existe, est simple, car il est en quelque sorte le principe des principes, ce qui alors, si on suivait Cioran dans sa dialectique de gamin, reviendrait à dire que Dieu est idiot !

Non, la simplicité est intimement liée au réveil de l'intelligence : plus on est intelligent, plus on est simple, justement parce qu'être intelligent consiste à découvrir les principes, et les principes, par essence, sont simples puisqu'ils sont premiers. C'est ce qui est second qui est complexe ! Alors je ne vous dis pas comme l'ignare est second, car l'ignare n'a ni le talent ni la culture d'un Cioran, loin s'en faut, ses dialectiques quotidiennes n'étant alors plus seulement infantiles, mais particulièrement débiles et débilitantes.

Saludos cordiales

Ramirez



Message modifié (03-08-2006 01:44)

Répondre à ce message
 
 Re: Dédialectisation
Auteur: Anielka 
Date:   03-08-2006 15:10

Querido senor Ramirez,

je ne connais pas Cioran. Est-ce un écrivain français?

On peut douter et on peut avoir la foi.
On peut aussi supposer que quelque chose soit vrai, parce que pour le moment c´est le mieux qu´on peut supposer. Si des preuves arrivent qui montre la fausseté de ce qu´on a supposé, alors il faut trouver de nouveaux suppositions.

(Le mot anglais: to assume, semble exprimer mieux ce que je veux dire, mais M. Albert m´a montré il y a longtemps que ce mot a un sens différent en français.)

Saludos cordiales

Anielka

Répondre à ce message
 
 Re: Dédialectisation
Auteur: manuel 
Date:   03-08-2006 16:12

A Anielka,



Ce qu'écrit Ramirez sur Cioran est insuffisant. Il était prolixe et aimait la contradiction.


Cioran était un auteur d'origine roumaine, un penseur tragique et sceptique, plus écrivain (dans la vaine des moralistes francais) que philosophe bien qu'il ait fait des études philiosophiques. Il brille surtout par un génie du style et de l'aphorisme.


Cioran était profondément mélancolique et religieux. Mais il se définissait comme religieux sans foi. Il n'arrivait pas à avoir la foi bien qu'il était un admirateur des mystiques espagnols de l'âge classique. Il pensait être revenu de toutes les illusions métaphysiques et existentiels.


Il dit dans un des aphorismes que les hommes n'ont jamais su remplacer le concept de Dieu que par succédanés superficiels. Il reconnaît ironiquement que l'idée de Dieu (religieux ou philosophique) était la plus grande idée humaine. Je pense qu'il se moquait de ce qu'on nomma "la mort de Dieu".



M.

Répondre à ce message
 
 Re: Dédialectisation
Auteur: Anielka 
Date:   03-08-2006 16:46

Merci, Manuel, pour votre excellente exposition.
Vous avez dit l´essentiel de façon brève et simple.
Je me sens en vacances en lisant des propos comme les votres. Muchas gracias.

Vous êtes un chevalier de la lucidité.



Message modifié (03-08-2006 16:50)

Répondre à ce message
 
 Re: Dédialectisation
Auteur: Ramirez 
Date:   03-08-2006 17:31

Cioran avait une énorme culture, il faut surtout le lire pour son style. Il a toutefois déambulé toute sa vie autour de l'essentiel, sans jamais se résoudre à se taire. Il a opposé son inspiration à toute conversion de l'intelligence et du coeur, persuadé qu'il se perdrait lui-même s'il cessait d'être cynique. Cioran est une mouche qui bourdonne sans cesse autour du tabernacle, n'entre jamais et se saoûle de son propre bruit.

Cioran, tout comme Simone Weil, a opposé l'art à l'amour, je crois qu'on peut finalement le dire comme ça, autrement dit ils n'ont jamais aimé de peur de perdre l'inspiration artistique. Et c'est vrai, d'une certaine façon le cynisme et la révolte ou le conflit intérieur sont plus féconds que le reste, comme Héraclite le disait "La guerre est mère de toute chose"... Seulement on peut faire la guerre avec pus ou moins de talents, et les plus sots ne retiennent là-dedans que "guerre"... alors ils militent, ils s'opposent, ils sont "anti", ils se battent, comme ils disent... sinon ils n'existeraient plus. En réalité il faut beaucoup plus de force pour affirmer que pour nier, car affirmer nécessite de construire, alors que nier compte sur ce qui est nié pour exister, comme une échelle compte sur le mur pour être utile ! Si on n'a pas de talent et qu'on est sot, dire "non" revient à une illusion d'être, comme le gosse qui dit "non" pour manifester qu'il existe. :)

Un saludo cordial

Señor Ramirez

Répondre à ce message
 
 Re: Dédialectisation
Auteur: Anielka 
Date:   03-08-2006 18:01

1. Cioran et Weil n´ont jamais aimé de peur de perdre l´inspiration artistique.
Le chevalier de la beauté, qui veut rester célibataire, appartient aussi à ce camp, probablement.

On peut être aussi d´un avis exactement contraire.
J´ai lu un livre très intéressant, de Emil Zegadlowicz, avec le titre "Motory" (Les moteurs), où le poète continue sa vie d´artiste en s´inspirant de neuf muses, neuf femmes, avec lesquelles il n´avait pas de relations seulement platoniques. Comme le roman était écrit avant la guerre, il n´y a pas de passages pornographiques, seulement l´érotisme sublime.

2. L´amour peut se transformer facilement en haine, malheureusement. Une amitié déçue peut aussi conduire à une guerre.
L´amour est très souvent lié à une souffrance profonde. Cette souffrance a besoin d´être exprimée, les esprits fins l´expriment dans l´art.

Si vous voulez renoncer à l´amour, querido senor Ramirez, parce que vous voulez être un artiste, alors je vous souhaite bonne chance. En cas d´échec, on peut toujours changer d´avis, même à l´age mur.

Un saludo cordial de Anielka



Message modifié (03-08-2006 18:02)

Répondre à ce message
 
 Re: Dédialectisation
Auteur: Cristian de Leon 
Date:   05-08-2006 02:55

Chère Anielka,

vous dites :

''Cioran et Weil n´ont jamais aimé de peur de perdre l´inspiration artistique. Le chevalier de la beauté, qui veut rester célibataire, appartient aussi à ce camp, probablement.''

Je pense que vous confondez amour et passion. Le choix de rester célibataire et chaste est facilement compris de nos jours comme une faiblesse non avouée. Or sur le plan monastique et catholique, le célibat n'est pas une fuite du monde, mais une semence spirituelle qui porte fruit tant sur le plan spirituel que temporel. À condition que cela soit un choix assumé avec courage et lucidité.

Sur le plan temporel, la pleine disposition à une vocation artistique, par exemple, du fait que la personne se dégage des grandes reponsabilités familiales, fait qu'elle s'engage plus profondément dans son travail, faisant de son oeuvre une offrande, une semence culturelle capable d'inspirer la collectivité.

Sur le plan spirituel, bien que les fruits soient plus difficilement observables, dans la chasteté et le célibat, l'amour que la personne porte à Dieu correspond à sa situation future, béatifique, où la sexualité n'aura plus cours. Nous seront en quelque sorte semblables aux anges.

La figure du pasteur, pour prendre un exemple dans la littérature nordique, est très souvent une figure médiocre. Le pasteur protestant fait très rarement un bon père de famille, et pire : un bon serviteur de Dieu. Engagé à moité à Dieu et à moitié dans la famille: les remors finissent pas tuer en lui la flamme.

Vous dites aussi :

''L´amour peut se transformer facilement en haine, malheureusement. Une amitié déçue peut aussi conduire à une guerre.
L´amour est très souvent lié à une souffrance profonde. Cette souffrance a besoin d´être exprimée, les esprits fins l´expriment dans l´art.
''

Ce n'est pas l'amour qui se transforme, c'est la passion qui change d'objet.


La passion n'a pas de valeur en soi, elle est dirigée par la raison qui porte un jugement sur l'objet désiré ou aimé. Si cet objet est vile, vile sera la passion. Plus noble est l'objet, plus beau sera le cortège des vertus. Et n'oublions pas que la sexualité en terre catholique est destinée à être fêté en famille, dans la génération que les parents ensemencent et cultivent de tout leur amour.

Et c'est pourquoi les chevaliers de l'art ou de la science peuvent choisir librement de s'appliquer à leur devoirs comme célibataires (si c'est le cas), sans pour autant se croire et être au même rang que les serviteurs, prêtres, apôtres et saints de Dieu. Leur situation ne fait pas offence à leur nature d'homme.

En somme, notre monde a besoin d'une terre monastique. Et comme peu s'engagent dans cette voie - qui n'est pas toujours de tout repos ! - il est normal qu'elle soit si peu comprise et valorisée.


Cordialement,

Le Chevalier de la Beauté

Répondre à ce message
 
 Re: Dédialectisation
Auteur: Anielka 
Date:   06-08-2006 09:02

Cher Cristian,

je respecte votre choix et votre position.

Il y a quand même beaucoup d´artistes qui ne sont pas restés célibataires et qui ont été capables de produire grande art, par exemple Picasso.

Comment expliqueriez-vous ce phénomène? Il semble au moins possible qu´on aime une femme et est quand même un grand artiste.

On peut aussi donner un exemple d´un artiste qui était mari et père.
J.S. Bach avait beaucoup d´enfants et il était engagé à leur éducation musicale et il était aussi un grand artiste, non?

Cordialement

Lusia

Répondre à ce message
 
 Re: Dédialectisation
Auteur: Cristian de Leon 
Date:   07-08-2006 07:12





Message modifié (07-08-2006 17:09)

Répondre à ce message
 
 Re: Dédialectisation
Auteur: Cristian de Leon 
Date:   09-08-2006 04:09

Chère Anielka,

l'art et la vie de famille sont possibles. C'est l'idée que le célibat et la chasteté perpétuelle découlent d'un manque ou d'une peur, c'est ça qui est erroné.

Je n'ai pas d'amis qui sont dans mon cas. Je suis très souvent obligé d'expliquer mon cas et parfois je suis las car beaucoup n'y comprennent rien, ou ne veulent pas comprendre. Je ne suis pas d'accord quand certains artistes, voire des intellectuels comme Georges Bataille, cultivent le luxe de la sexualité en dehors des liens sacrés du mariage. Cela les inspire sans doute, cela leur fait voir des liens entre l'acte créateur et l'acte sexuel, et après ? En bout de ligne cela reste très en deça de la véritable vocation de l'art. Sans parler que cette manière d'esthétiser la sexualité n'est pas une véritable transformation de l'instinct en vue d'une forme artistique, mais une sexualisation abusive de l'émotion artistique. Picasso en est un bel exemple, et puis ça de dégrade avec les Rolling Stones !

Excusez-moi, je retourne méditer ce bon vieux Élie, massacreur des prophètes de Baal...

Cordialement,

Le Chevalier de la Beauté



Message modifié (09-08-2006 06:25)

Répondre à ce message
 
 Re: Dédialectisation
Auteur: Anielka 
Date:   09-08-2006 13:47

Cher Cristian,

si vous saviez comme c´est agréable pour une femme de parler à un homme qui ne pense pas tout le temps à la sexualité.
Il y a des études scientifiques qui disent que l´homme y pense toutes les dix secondes (sic!). Je ne suis pas capable de nier ses résultats, n´étant pas un homme moi-même, mais parfois j´ai l´impression que cela pourrait être vrai. Et cela m´agace.

Pourquoi Dieu a créé l´homme comme ça? Je ne sais pas.

En tout cas j´ai une grande sympathie pour la chastité.

J´ai probablement confondu Dalì avec Picasso. Il y a longtemps j´ai lu une biographie d´un peintre qui vivait à Perpignan, avec une femme Zara, si je me souviens bien, qui était sa muse personnelle.

Cordialement

Anielka

Répondre à ce message
 
 Re: Dédialectisation
Auteur: Delaporte 
Date:   09-08-2006 14:13

Chère Anielka,

Picasso résida quelques années à Perpignan, mais Dali jamais, bien qu’il ait loué cette ville comme “centre du monde”. Sa muse se nommait Gala. Il est né à quelques dizaines de kilomètres de là, à Figuéres, de l’autre côté des Pyrénées et de la frontière franco-espagnole. Je m’y rends assez souvent.

Par esprit de convention et de bonne éducation, j’affichais ma détestation de Dali, jusqu’au jour où j’ai visité son musée. Mon opinion a changé du tout au tout. C’est un artiste absolument génial, même s’il est complètement fou. Il me semble qu’il avait d’ailleurs de très gros problèmes de sexualité.

Cordialement

L'animateur

Répondre à ce message
 
 Re: Dédialectisation
Auteur: Anielka 
Date:   09-08-2006 14:20

J´ai une question sur le pêché originel, si M. Ramirez me la permet.

Je ne comprends pas pourquoi ce pêché était tellement grave.

Adam et Eve voulaient être comme Dieu, ils ne voulaient pas tuer Dieu et se mettre à sa place, comme c´était souvent le cas dans la mithologie grecque (Uranos, Kronos, Zeus).
Quand on admire quelqu´un beaucoup, on veut devenir comme lui. Pourquoi cela serait mal?

Dieu a créé Adam et Eve à son image. Ne voulait-il pas leur compagnie? Préferait-il être seul et superieur?

Un père humain, quand son enfant veut être comme lui, se sentirait flatté.

Un autre argument: après la mort les croyant s´unient avec Dieu, si je me souviens bien des leçons de la réligion dans mon enfance.
Quand on s´unie avec Dieu, on devient Dieu, non?
Et si non, quelle est la différence entre "devenir comme" et "s´unir avec"?

Répondre à ce message
 
 Re: Désobéissance
Auteur: roland 
Date:   09-08-2006 18:31

Anielka,
je commence par vous donner un élément de réponse:

Au cours de religion, à un enfant le plus souvent, qui reçoit l’initiation
dans sa tribu, (ici, celle des Katoliks) un (e) « anncien(e) »
raconte que l’homme (homo et non vir)
a été créé libre ; libre d’obéir ou de désobéir.

Il lui raconte le récit de la Genèse ; le récit d’une désobéissance.
Il y est question d’un fruit ;il n’est pas parlé d’une pomme
(une pomme c’est chez les « grosses têtes »*** ou leurs semblables,
et comme on a reçu, là, une autre initiation « correctrice, désaliénante», cours supérieur,
on pense savoir de quoi il retourne )

Des questions sont posées auxquelles il est répondu. Telles :
Q-En quoi Adam avait-il désobéi ?
R- En mangeant du fruit défendu.
Q-Ce fruit était-il mauvais ?
R-Non, pas plus que la chair en carême ou le jour du vendredi.


Questions et réponses que je reproduis les ayant tirées d’un « Petit
Catéchisme » datant de 1861-édition de 1939.

***c'est le titre d'une émission radiophonique.



Répondre à ce message
 
 Re: Dédialectisation
Auteur: Anielka 
Date:   09-08-2006 18:46

Je ne suis plus petite et je me demande pourquoi Dieu ne voulait pas expliquer à Adam et Eve pourquoi ils ne devaient pas manger ce fruit.
S´il avaient compris pourquoi il ne faut le manger, ils seraient moins séduisables par le serpent, qui a menti.
Ils étaient dotés d´une raison, alors ils se posaient des questions pereilles.

Un autre problème: l´obéissance n´est pas selon moi une vertu.
Un jeune suédois a désobéi aux règles et nous a épargné une catastrophe atomique. Il a suivi la voix de la raison.

Pourquoi Dieu veut-il qu´on lui obéit aveuglement, c´est-à-dire sans une bonne raison?

Répondre à ce message
 
 Obéissance
Auteur: roland 
Date:   09-08-2006 19:04

Anielka,
je tente de vous donner d'autres éléments de réponse:

-que vous ne soyez plus "petite", entendant par là, que vous êtes,
physiquement, depuis un certain nombre d'années, une adulte, je ne pense pas qu'il y ait quelqu'un ici qui pourrait en douter;

- nous avons parlé de de défense divine et de désobéissance à un ordre
divin: il est également question d'un ordre, dans un autre épisode
que vous connaissez peut-être; je veux parler de l'histoire
d'Abraham sacrifiant. La référence en est Gn 22.
Cordialement. R



Répondre à ce message
 
 Re: Dédialectisation
Auteur: Anielka 
Date:   09-08-2006 19:15

Je connais l´histoire d´Abraham et son fils Isaak.
Là non plus je ne suis pas d´accord. Comment peut-on être sûr que c´est Dieu qui exige une telle chose? Cela pourrait être un diable deguisé en Dieu, ou peut-être on souffre d´une hallucination.
La raison dit: non. La raison m´a été donnée par Dieu. Alors Dieu ne peut pas demander des choses contraires à la raison.



Message modifié (09-08-2006 19:17)

Répondre à ce message
 
 Re: Obéissance
Auteur: Anielka 
Date:   09-08-2006 19:29

roland a écrit:
>
> -que vous ne soyez plus "petite", entendant par là, que vous
> êtes,
> physiquement, depuis un certain nombre d'années, une adulte, je
> ne pense pas qu'il y ait quelqu'un ici qui pourrait en douter;

Pourquoi "physiquement"?

Mon apparence physique est une énigme totale, car vous avez seulement mes postes, selon lesquels vous pouvez vous faire une idée de mon âge mental, mais certainement pas physique.

Répondre à ce message
 
 Re: Dédialectisation
Auteur: roland 
Date:   09-08-2006 21:03

Anielka,
vous conviendrez aisément, je puis le penser, qu'ayant parlé d'
un certain nombre d'années
, je parlais d'âge; et dans le cas présent, le vôtre, d'âge adulte, par quoi on entend un âge qui va de la fin de l'adolescence au commencement de la vieillesse.
Pourquoi "physiquement" demandez-vous?
Parce que ici non pas "mentalement, psychiquement, psychologiquement".
Entièrement d'accord avec vous, votre apparence physique m'est totale énigme.
Avant de poursuivre, je vous demande si vous pouvez me donner des précisions sur ce jeune suédois dont vous parliez il y a deux bonnes heures.
Cordialement, Roland



Répondre à ce message
 
 Re: Dédialectisation
Auteur: Anielka 
Date:   09-08-2006 21:18

Roland,

pourquoi pas "mentalement"? Je ne vois aucune autre possibilité.
C´est l´esprit qui s´exprime par écrit, c´est pas le corps.

J´ai parlé de l´accident à Forsmark. Le système du refroidissement de la centrale nucléaire a été coupé. Le jeune homme l´a remis en marche avec ses mains, ce qui était contre tous les réglements.
Bravo ragazzo!

Cordialement, Anielka

Répondre à ce message
 
 Re: Dédialectisation
Auteur: roland 
Date:   09-08-2006 21:44

A- -C´est l´esprit qui s´exprime par écrit, c´est pas le corps.
R- C'est la personne qui s'exprime. Vous séparez.

A-J´ai parlé de l´accident à Forsmark. Le système du
refroidissement de la centrale nucléaire a été coupé. Le jeune
homme l´a remis en marche avec ses mains, ce qui était contre
tous les réglements. Bravo ragazzo!

R- Merci pour ces précisions. Je vais tenter d'en savoir un peu plus
un de ces prochains jours. Peut-on parler de désobéissance?
La suite a montré que dans l'impossibilité de faire autrement ce ragazzo avait pris une bonne initiative.



Répondre à ce message
 
 Re: Dédialectisation
Auteur: Anielka 
Date:   09-08-2006 22:19

C´est la personne qui s´exprime. Oui, mais d´une façon très restreinte.
On communique comme des anges ici et pas comme des personnes.
C´est pourquoi je m´appelle Anielka, qui signifie: Angélique.

Répondre à ce message
 
 Re: Dédialectisation
Auteur: Cristian de Leon 
Date:   11-08-2006 00:24

Chère Anielka,

si vous saviez combien c'est gratifiant de parler avec des belles femmes sans les courtiser, de créer des liens cordiaux sans arrières-pensées, de cultiver la franchise et la complicité en vue de l'amitié... !

Cordialement,

Le Baron

Répondre à ce message
 
 Re: Dédialectisation
Auteur: Cristian de Leon 
Date:   13-08-2006 02:16

Guy,

Une des grandes libérations dans ma démarche de peintre a été le jour où j'ai arrêté de penser que l'inspiration découlait de l'inconscient. C'est tellement présent dans le monde contemporain cette néfaste influence de Freud !

Je suis heureux que vous vous soyez concillié avec Salvador Dali. Complètement fou ? Difficile à dire. Dali était un grand admirateur de Freud. Il a élaboré toute esthétique du délire en suivant les traces de son maître. Intéressant à considérer la démarche dalinienne : phases affectives violentes illustrées par sa première période avec les Surréalistes. Avant la maturité ''religieuse'', il illustre toute une série de combats intérieurs. Loin de l'influence de Breton, il cherche à perfectionner son amour du dessin en étudiant à fond les écoles de la Renaissance.

La période ''religieuse'' de Dali est à mon avis celle où il illustre le mieux son génie. Oeuvres majestueuses d'un réel délire optique, avec de savants effets.

Est-ce que Dali était fou ? Il était excentrique au possible, ça c'est certain. À mon avis il a trop joué avec les médias, de sorte que son personnage médiatique l'a transformé à son insu. À cela il faut ajouter ses traits de caractère catalans, sa dépendance affective à Gala, et... la néfaste influence de Freud.

J'ai longtemps pensé que Dali était convaincu du catholicisme. À mon grand étonnement, il admirait les idées chrétiennes mais lui-même n'avait pas la foi. Il était agnostique. Après la mort de Gala, l'homme était abattu, désespéré. Ses monstres ont fini par le rattraper.
Cela me fait penser à Goya...

J'ai suivi avec tristesse ses derniers jours racontés par les médias - qui bourdonnaient comme des mouches autour de son lit de mort.

Cordialement,

Cristian

Répondre à ce message
 
 Re: Dédialectisation
Auteur: Delaporte 
Date:   13-08-2006 10:17

Cher Cristian,

Dali avait ceci de commun avec Freud qu'il était sexuellement immature. Hypertrophie de la place de la mère ? Est-ce là la source de leur génie artistique (car la psychanalyse est une œuvre artistique) ?

Cordialement

L'animateur

Répondre à ce message
 
 Re: Dédialectisation
Auteur: Dominique 
Date:   14-08-2006 12:08

c'est pas toujours la faute des mères.
une source des problèmes de Dali c'est qu'on lui a donné le même prénom qu'à son frère mort avant sa naissance. Du coup, il ne savait plus s'il était lui ou l'autre. Il y a de quoi perturber un enfant. La même chose est arrivée à van Gogh.
quant à sa folie, il disait : "la différence entre un fou et moi, c'est que je ne suis pas fou". C'est une bonne définition.

Répondre à ce message
 
 Re: Dédialectisation
Auteur: Dominique 
Date:   14-08-2006 12:45

Cristian :
vous ne connaissez personne qui vive comme vous. Mais il y en a. Par exemple des laïcs consacrés, qui font des voeux monastiques tout en vivant dans le monde. J'ai un ami, j'ai dû vous en parler, un sculpteur qui fait des saintes Vierges ravissantes en pierre. Il est laïc consacré, plus ou moins rattaché aux carmes, je ne sais pas trop comment ça marche, il doit y en avoir diverses sortes.
Je pense aussi à une personne que j'ai connue il y a une dizaine d'années, l'animatrice de la session PRH "qui suis-je?" dont il a déjà été question sur ce forum. Elle ne nous l'a pas dit mais elle était certainement consacrée d'une façon ou d'une autre. Jamais je n'ai vu une féminité aussi radieuse que chez cette célibataire de 58 ans, attentive aux autres, intelligente, belle, gracieuse, avec des jupes longues, un pull rose brodé, elle passait en chantonnant, c'était une joie de la fréquenter. Elle s'est tuée en voiture deux ans après. Elle s'appelait Marie-Anne Le Guyader, elle était dans les pionniers de PRH. Si elle avait vécu plus longtemps, PRH n'aurait peut-être pas connu les dérives qui ont été déplorées, mais ceci est une autre histoire...

Répondre à ce message
 
 Re: Dédialectisation
Auteur: Dominique 
Date:   14-08-2006 12:53

Anielka a écrit:

> si vous saviez comme c´est agréable pour une femme de parler à
> un homme qui ne pense pas tout le temps à la sexualité.
> Il y a des études scientifiques qui disent que l´homme y pense
> toutes les dix secondes (sic!). Je ne suis pas capable de nier
> ses résultats, n´étant pas un homme moi-même, mais parfois j´ai
> l´impression que cela pourrait être vrai. Et cela m´agace.

j'ai entendu parler de cette "étude scientifique", je suis sceptique. Même s'il était possible de mesurer ce genre de choses, je ne pense pas qu'on puisse généraliser aux trois milliards d'individus concernés.
Il me semble au contraire que les hommes n'ont pas comme nous la faculté de penser à plusieurs choses à la fois. Ou du moins (ce qui est différent) la faculté de faire plusieurs choses à la fois. Un homme absorbé par ce qu'il fait ne pense qu'à ce qu'il fait, il me semble.
En tout cas, moi je n'ai pas l'impression que ça pourrait être vrai. Mais c'est peut-être que je suis incapable de percevoir ce genre de chose ?

Répondre à ce message
 
 Re: Dédialectisation
Auteur: roland 
Date:   14-08-2006 14:07

Invisible(s), mon(nos) haussement(s) d'épaules.
Codialement, R.



Répondre à ce message
 
 Re: Dédialectisation
Auteur: Cristian de Leon 
Date:   15-08-2006 02:22

Guy, et les autres,

qu'est-ce que le génie ? Je ne sais pas combien de définitions que j'ai lu à ce sujet, et toutes avaient quelque chose de bon sans pour autant me satisfaire.

Voici ma recette : être né au Chili, s'appeler de León et écrire sur un forum thomiste !!!

Le divin et modeste Baron

Répondre à ce message
 Liste des forums  |  Vue en arborescence   Nouveau sujet  |  Anciens sujets 


 Liste des forums  |  Besoin d'un identifiant ? Enregistrez-vous ici 
 Connexion
 Nom utilisateur:
 Mot de passe:
 Retenir mon login:
   
 Mot de passe oublié ?
Veuillez saisir votre adresse e-mail ou votre identifiant ci-dessous, et un nouveau mot de passe sera envoyé à l'e-mail associé à votre profil.