Questions disputées

 
 
Charte du forum
 
agrandir
 Nouveau sujet  |  Remonter au début  |  Retour au sujet  |  Rechercher  |  S'identifier   Nouveau sujet  |  Anciens sujets 
 Délire climatique
Auteur: Michel THIERS 
Date:   09-08-2018 09:43

Personne ne conteste l’actuelle période transitoire de réchauffement. Celle-ci est en fait une oscillation temporaire (plusieurs dizaines d’année voire davantage en temps cosmique) dans le cadre d’un refroidissement climatique à venir.
Ce qui est risible c’est l’interprétation des pseudo scientifiques du GIEC qui l’attribuent au CO2 d’origine anthropique.
Pour faire court, nous dirons que le CO2 représente 0.035% de l’ensemble des gaz de l’atmosphère et que les rejets humains sont responsables de seulement 4 à 5% de ce 0.035%.
Ajoutons que l’augmentation du taux de CO2 n’est pas la cause du réchauffement climatique mais sa conséquence par dégazage des océans. (graphique)
Ajoutons aussi que le taux de CO2 atmosphérique a été beaucoup plus élevé dans le passé alors que le pétrole n’avait pas été découvert. (graphique) mais le GIEC a préféré se fier aux valeurs les plus basses indiquées par les carottages glaciaires.
L’histoire contredit l’affirmation que ce réchauffement est récent car nous savons que le mot Groënland signifie terre verte où les Vikings ont pratiqué élevage et agriculture, qu’Hannibal n’aurait jamais pu franchir les Alpes avec ses éléphants si celles-ci avaient été enneigées, que vous ne pourrez pas voir la voie qu’empruntaient les légions romaines au dessus de la Chapelle en Valgaudemar car elles sont enneigées toute l’année.
Alors assez de catastrophisme, assez de mensonges : non, la planète n’est pas en danger, non le CO2 n’est pas un poison mais source de vie, non l’homme n’est pas responsable d’une évolution climatique aux rouages très complexes où les cycles solaires ont sans doute un rôle important mais c’est son ego démesuré qui le pousse à le croire et, sous couvert d’altruisme compatissant, à s’en glorifier contre toute logique.
Ce débat stupide mais pas désintéressé ramène au second plan des questions bien plus concrètes comme la pollution des centres urbains par les particules fines et celle des plages et des océans par les emballages plastiques.

Répondre à ce message
 
 Re: Délire climatique
Auteur: Olivarus 
Date:   09-08-2018 11:53

Je crois lire Claude Allègre.

Lui insistait aussi lourdement sur les carences épistémologiques du GIEC.

Les statistiques météos avant le dix neuvième siècle par rapport aux sources actuelles sont tellement disproportionnées que cela devrait rendre prudents les théoriciens du réchauffement à long terme. Que valent des modèles mathématiques avec des distorsions de sources aussi flagrantes?

On aimerait qu'ils raisonnent en faisant bon accueil aux sceptiques.

Si on veut être provocant on pourrait demander qui finance le GIEC et quel est son mode de recrutement?

Soyons sordides.



Répondre à ce message
 
 Re: Délire climatique
Auteur: Olivarus 
Date:   09-08-2018 13:05

Le CO2

Toute combustion de matière organique produit du co2 et de l'eau quand elle est complète et ce dont on parle un peu moins du co du monoxyde ce carbone (gaz toxique) voire carrément du carbone pur, quand la combustion est incomplète.

Il est vrai que les centrales au charbon en Chine consomment 3 milliards de tonnes de charbon par an dont 80% du carbone se retrouve dans l'atmosphère cela parait beaucoup mais les volcans et les incendies produisent des quantités beaucoup plus importantes. la Chine fait de gros efforts pour améliorer la propreté de ses centrales et l'on oublie trop facilement que l'atmosphère est composé de carbone qui sert à la photosynthèse des plantes et que le cycle est bouclé par la végétation.

On peut dire qu'il y a pollution locale mais sans doute pas planétaire.

On peut noter également que 65% de la production mondiale d'énergie reste à combustion quelle que soit la source malgré les efforts de substitution.

Il faudrait faire la balance production/consommation de CO2 pour ne pas faire de propagande sur le fameux gaz à effet de serre.

Ce qui nous agace tous un peu c'est le manque de nuances des docteurs catastrophes. Il n'est pas sûr que l'activité humaine soit négative. Elle l'est en terme d'esthétique et de pollution des paysages mais il faudrait avoir des experts qui plaident dans les deux sens.


Quand à l'épuisement des ressources naturelles, c'est aussi le monde de la propagande. On ne sait ce qu'il y a sous les 4/5 de terres immergées sous les océans. l'inaccessible actuel n'est pas l'inaccessible potentiel.

Quand la ressource est rare l'exploration augmente et réciproquement. Les prix stimulent ou freinent les ressources prouvées.

Les acteurs n'ont pas forcément intérêt à la franchise.



Message modifié (09-08-2018 13:11)

Répondre à ce message
 
 Re: Délire climatique
Auteur: Stagire 
Date:   11-08-2018 17:12

Cher Olivarus,

> L'inaccessible actuel n'est
> pas l'inaccessible potentiel.

Votre proposition heurte le carré logique de l'accessible :

A. accessible E. inaccessible
I. non inaccessible O. non accessible

En toute rigueur, l'inaccessible est ce qui n'est pas et ne peut pas être accessible; il est le contraire de l'accessible.

Par contre, le contradictoire de l'accessible, soit le non accessible, peut devenir accessible, parce qu'il n'est pas inaccessible; l'accessible et le non accessible sont des sous-contraires.

Cordialement

Répondre à ce message
 
 Re: Délire climatique
Auteur: Delaporte 
Date:   11-08-2018 21:46

Cher Stagire,

Des contradictoires comme "accessible" et "non-accessible" peuvent-ils être aussi des sous-contraires ?

Cordialement

L'animateur

Répondre à ce message
 
 Re: Délire climatique
Auteur: Stagire 
Date:   11-08-2018 23:32

Cher animateur,

> Des contradictoires comme "accessible" et "non-accessible"
> peuvent-ils être aussi des sous-contraires ?

Les contradictoires n'ont pas d'intermédiaire possible; c'est le tout ou rien. Ils sont les termes du principe de contradiction, voisin de l'autre, le principe de non-contradiction.

C'est pourquoi ils ne peuvent pas êtres des sous-contraires. Les sous-contraires admettent un intermédiaire; ils admettent même une conjonction. Les sous-contraires sont dans le non-tout et non-rien.

Les sous-contraires pris conjointement, donc leur conjonction est, elle, contraire à chacun des contraires s'opposant à l'un des sous-contraires conjoints mais pris non conjointement.

Parce que l'essence de l'opposition des contradictoires n'admet pas d'intermédiaire, la propriété des contradictoires ainsi opposés s'exprime dans l'opposition des contraires vrai-faux (ST, Ia, Q 17, A 4).

Cordialement



Message modifié (12-08-2018 22:05)

Répondre à ce message
 
 Re: Délire climatique
Auteur: Olivarus 
Date:   13-08-2018 07:18

Stagire a écrit:

> Cher Olivarus,
>
> > L'inaccessible actuel n'est
> > pas l'inaccessible potentiel.
>
> Votre proposition heurte le carré logique de l'accessible :
>


J'écris un peu vite, effectivement.

Je devrais écrire,

L'inaccessible actuel n'est pas le potentiellement accessible.

Ou mieux, dans l'inaccessible actuel il y a du potentiellement accessible. Ouf!


Heureusement que j'ai sous le coude mes érudits.

Cordialement.



Message modifié (13-08-2018 07:24)

Répondre à ce message
 
 Re: Délire climatique
Auteur: Stagire 
Date:   13-08-2018 19:07

Cher Olivarus,

Allons à :
> Ou mieux, dans l'inaccessible actuel il y a du potentiellement
> accessible.

Dans «accessible», il y a un possible accès, un «possible d'accéder».

Alors, les propositions du carré logique pertinent sont :

1. Il est nécessaire d'accéder
2. Il est nécessaire de ne pas accéder (impossible d'accéder
3. Il n'est pas nécessaire de ne pas accéder (pas impossible d'accéder, ou possible d'accéder)
4. Il n'est pas nécessaire d'accéder (possible de ne pas accéder)

Et le carré logique se lit :
1 et 2 sont des contraires
1 et 4 sont des contradictoires
2 et 3 sont des contradictoires
3 et 4 sont des sous-contraires

Si bien que, en toute rigueur, «inaccessible actuel» et «potentiellement accessible» sont des contradictoires (2 et 3)

Cordialement

Répondre à ce message
 
 Re: Délire climatique
Auteur: Delaporte 
Date:   13-08-2018 20:50

Cher Stagire,

En français, contrairement à l'anglais, "actuel" a au moins deux sens. Celui philosophique d'"en acte", et celui plus commun de "en ce moment". De même, "potentiellement" peut avoir le sens philosophique de "en puissance" ou le sens plus commun de "plus tard, si rien ne l'empêche".

Au premier sens des deux termes, "inaccessible actuel" est bien contradictoire à "potentiellement accessible", mais il ne l'est pas à leur second sens, car ce qui est inaccessible en ce moment peut selon le cas être possible plus tard.

Reste à savoir le ou les sens que notre ami Olivarus voulait donner à ses termes.

Cordialement

L'animateur

Répondre à ce message
 
 Re: Délire climatique
Auteur: Stagire 
Date:   13-08-2018 23:39

Cher animateur,

> mais il ne l'est
> pas à leur second sens, car ce qui est inaccessible en ce
> moment peut selon le cas être possible plus tard.

Selon le carré logique pertinent, est «inaccessible» ce qui n'est accessible ni en ce moment ni en quelqu'autre.

Le carré logique, imaginé par Apulée, formalise la norme logique selon laquelle se combinent :
a) affirmatif, négatif;
b) universel, particulier.

«Inaccessible» est négatif universel.

Cordialement



Message modifié (14-08-2018 01:27)

Répondre à ce message
 
 Re: Délire climatique
Auteur: Delaporte 
Date:   14-08-2018 09:30

Cher Stagire,

"Inaccessible" est bien un négatif universel, mais "inaccessible actuel" (si "actuel" signifie "en ce moment" ou "actuellement" et non pas "en acte"), implique une certaine contingence de l'inaccessibilité, donc la possibilité de l'accessibilité.

Cordialement

L'animateur

Répondre à ce message
 
 Re: Délire climatique
Auteur: Stagire 
Date:   14-08-2018 17:54

Cher animateur,

> "Inaccessible" est bien un négatif universel, mais
> "inaccessible actuel" (si "actuel" signifie "en ce moment" ou
> "actuellement" et non pas "en acte"), implique une certaine
> contingence de l'inaccessibilité, donc la possibilité de
> l'accessibilité.

«Inaccessible» est puissance, comme le suffixe le prouve.
«Inaccessible» n'est pas contingent.

Le contingent est négatif particulier.
Un négatif universel l'est à tout moment.

Aristote expose la doctrine pertinente au Perihermeneia.

Cordialement



Message modifié (14-08-2018 18:34)

Répondre à ce message
 Liste des forums  |  Vue en arborescence   Nouveau sujet  |  Anciens sujets 


 Liste des forums  |  Besoin d'un identifiant ? Enregistrez-vous ici 
 Connexion
 Nom utilisateur:
 Mot de passe:
 Retenir mon login:
   
 Mot de passe oublié ?
Veuillez saisir votre adresse e-mail ou votre identifiant ci-dessous, et un nouveau mot de passe sera envoyé à l'e-mail associé à votre profil.