Questions disputées

 
 
Charte du forum
 
agrandir
 Nouveau sujet  |  Remonter au début  |  Retour au sujet  |  Rechercher  |  S'identifier   Nouveau sujet  |  Anciens sujets 
 L'ordre du Temple, une autre hypothèse
Auteur: Michel THIERS 
Date:   14-08-2018 23:57

Tout le monde connaît au moins l’existence des Templiers, cet ordre religieux et militaire créé en 1127 ou 1129 par Hugues de Payns, vassal du comte de Champagne Hugues 1er dont la finalité première et officielle était la protection des pèlerins se rendant en terre sainte des attaques des groupes de hors la loi et des troupes musulmanes très présentes au moyen orient.
Compte tenu du faible nombre de ces moines-soldats ( une dizaine au tout début), cette mission était quasiment impossible. Il est donc nécessaire de chercher une explication plus rationnelle. Cela va se révéler très difficile car l’ordre a été anéanti sur ordre de Philippe le Bel en 1314 au cours d’une opération de police exécutée en une seule nuit avec coordination sur l’ensemble du territoire, ce qui est une performance remarquable pour cette époque. Toutes les Commanderies ont été investies, leurs occupants arrêtés, leurs supérieurs emprisonnés, leurs biens saisis, leur Grand Maître Jacques de Mollé condamné au bûcher et brûlé publiquement , leurs archives et documents détruits, rendant ainsi impossible toute recherche ultérieure documentée.
Partant de là, les hypothèses les plus folles ont été envisagées fondées sur le fait que le roi de Jérusalem de l’époque, Baudoin 2 de Bourcq leur avait attribué comme cantonnement le site de l’ancien Temple de Salomon dans lequel aurait été déposée l’Arche d’Alliance contenant les 2 Tables de la Loi remises à Moïse par Dieu lui-même sur le mont Nebo.
Le Temple a été détruit par Nabuchonosor de Babylone en 586 avJC, reconstruit par Cyrus 2 de Perse en 516 avJC, restauré en 20 de notre ère par Hérode et définitivement détruit par les Romains en 70. Depuis ce temps là la fameuse arche d’Alliance n’a jamais été retrouvée.
Pour les amateurs de sensationnel et d’ésotérisme c’est là que commence la légende des Templiers : ils auraient retrouvé l’Arche en fouillant les vestiges du Temple !!! Qu’en ont-ils fait ? La réponse varie selon les auteurs : elle serait enfouie dans les ruines du Château de Gisors ou cachée en Ethiopie dans une temple secret ou encore en Egypte sous la garde de descendants de Templiers ayant échappé aux griffes de Philippe le Bel.
Tout cela n’est pas très sérieux et relève plus d’un Da Vinci Code – le talent de Dan Brown en moins – que d’un travail de recherche authentique.
Cependant, on peut imaginer une histoire plus réaliste si on prend en compte la surprenante proximité entre l’Ordre et la dynastie des comtes de Champagne.
Le fondateur, Hugues de Payns, nous l’avons dit, était un vassal du comte Hugues 1er de Champagne, 4 à 5 fois plus riche que le roi de France car gestionnaire et bénéficiaire du plus grand marché commercial et financier d’occident : les Foires de Champagne.
Celles-ci avaient lieu plusieurs fois par an, dans les villes de Troyes, Bar sur Aube, Lagny et Provins, probablement dès la fin du 10me sècle et n’ont cessé de monter en puissance. Elles connaîtront leur apogée dans la 2me partie du 12me siècle sous l’autorité d’Henri 1er de Champagne, dit Henri le libéral, époque à la quelle les banquiers Lombards s’y sont intéressés, ont ouvert des bureaux de change, apportant ainsi une connotation internationale renforcée par la possibilité pour les commerçants, de s’y rendre munis seulement d’une Lettre de Change délivrée par leur banquier local qui leur évitait de voyager avec de fortes sommes en numéraire, ce qui les exposait aux attaques des bandits de grands chemins.
Ajoutons qu’Henri ayant réduit les taxes au minimum, mesure très attractive pour les marchands et leurs clients, assurait aux voyageurs une escorte militaire dès leur entrée sur ses terres.
Les échanges commerciaux étaient nombreux et variés : draperies des Flandres, laines et ovins d’Angleterre, vins d’Aquitaine et de Bourgogne, céréales de Beauce et du Perche, bovins de Normandie et de Bretagne etc…
Mais, à côté de ces marchandises encombrantes, circulaient aussi des denrées qui, sous un faible volume, avaient une valeur ajoutée énorme : la soie, les épices et les parfums dont les familles aisées de France raffolaient et pour les quelles elles étaient prêtes à payer le prix fort.
La soie venait de Chine, les épices d’Inde, les parfums de Perse.
Leurs routes convergeaient surtout vers les ports de Méditerranée orientale, Lattaquié et Beyrouth où ils étaient embarqués vers l’occident.
Or, si les quelques templiers étaient trop peu nombreux pour protéger vraiment les cohortes de pèlerins des dangers de leurs voyages, ils pouvaient par contre facilement assurer l’escorte des caravanes venues d’orient dans les dernière étapes de leur voyage.
On peut donc se demander si cet ordre n’a pas été créé à l’instigation des comtes de Champagne afin de protéger un pan important de leur activité économique.
On est frappé par la concordance des dates de la création de l’ordre et de la montée en puissance des foires ainsi que celles de la disparition du premier et du déclin des secondes qui sera achevé vers le milieu du 14me siècle.
Quant à l’attitude du comte Hugues 1er, ses historiographes affirment qu’en 1125, il a abandonné ses prérogatives et son pouvoir temporels pour passer de l’état de suzerain à celui de vassal d’Hugues de Payns, a cédé son titre de comte de Champagne et donc le contrôle des foires à son neveu par alliance, Thibaud 2 et est parti en terre sainte en tant que simple templier.
Ce chapitre laisse subsister quelques doutes : en effet, si Hugues 1er est devenu templier en 1125, il a été templier avant la création de l’ordre.
Par ailleurs, son comportement envers son épouse et son fils Eudes, tous deux répudiés au retour de son 2me voyage en Palestine en raison d’une soi disant incapacité à procréer, Eudes déshérité sans raison valable, est totalement amoral et bien surprenant chez un homme se réclamant du christianisme le plus intransigeant. Enfin, nous n’avons aucune information sur son action en Terre Sainte où il meurt dans des circonstances inconnues en 1126.
Trop d’opacité et de contradictions dans ce récit le rendent en définitive assez peu crédible.
Bien entendu, la destruction des archives de l’ordre écarte toute possibilité de contrôle de cette hypothèse. Cette dernière présente toutefois l’avantage d’être plus réaliste que les fumeuses élucubrations sur l’Arche d’Alliance … bien que celles-ci soient plus croustillantes qu’une banale histoire d’intérêts commerciaux..

Répondre à ce message
 Liste des forums  |  Vue en arborescence   Nouveau sujet  |  Anciens sujets 


 Liste des forums  |  Besoin d'un identifiant ? Enregistrez-vous ici 
 Connexion
 Nom utilisateur:
 Mot de passe:
 Retenir mon login:
   
 Mot de passe oublié ?
Veuillez saisir votre adresse e-mail ou votre identifiant ci-dessous, et un nouveau mot de passe sera envoyé à l'e-mail associé à votre profil.