Questions disputées

 
 
Charte du forum
 
agrandir
 Nouveau sujet  |  Remonter au début  |  Retour au sujet  |  Rechercher  |  S'identifier   Nouveau sujet  |  Anciens sujets 
 Renversant!
Auteur: Alcor 
Date:   07-11-2018 15:20

Chers tous,

Je ne puis m'empêcher de partager avec vous ce moment de sidération:

"Au cours de leur tour du monde interreligieux, les cinq amis de Coexister ont fait étape à Rome. A l’initiative du cardinal Etchegaray, ils ont pu rencontrer le pape François, quelques minutes, à l’issue de son audience hebdomadaire. Victor Grèzes raconte : «Il est très intéressé par notre démarche et nous demande de nous présenter un à un. Lorsque j’évoque mon athéisme, il me regarde droit dans les yeux, m’attrape fermement le bras droit et me dit en souriant : «Tu es athée ? C’est parfait, tu es mon nouvel ami, ne change surtout pas.»(https://chretiensdegauche.com/2016/02/13/le-pape-me-dit-tu-es-athee-reste-le/)

Non mais sans blague c'est le Pape qui dit ça? (je peux la refaire: ce mec est vraiment le Pape?)

Le commentaire gauchiste est aussi pas mal:

"Démagogie ? Non ! Eternelle actualisation de Matthieu 25 qui affirme qu’au jour du Jugement dernier il ne sous sera pas demandé quelle a été notre appartenance ou notre pratique religieuse mais si nous avons nourri l’affamé, accueilli l’étranger, visité le prisonnier… Cette vision élargie de l’universalité du Salut reste l’un des acquis majeurs du Concile Vatican II."

Eh bien le sédévacantisme a de beaux jours devant lui, si j'ose dire...



Message modifié (07-11-2018 15:27)

Répondre à ce message
 
 Re: Renversant!
Auteur: Stagire 
Date:   14-11-2018 20:36

Cher Alcor,

> Le commentaire gauchiste est aussi pas mal

Ne vouliez-vous pas dire : "L'autre propos gauchiste... ;-)

Cordialement

Répondre à ce message
 
 Re: Renversant!
Auteur: Alcor 
Date:   16-11-2018 14:33

Cher Stagire,

Tout ceci me fait penser à ce que disait Sartre au sujet de la sincérité et de l’engagement en matière politique, philosophique et religieuse.

Un vrai communiste, un communiste sincère veut que tout le monde soit communiste. Un vrai catholique, un catholique sincère, veut que tout le monde soit catholique.

Alors Pourquoi ? Parce que lorsque l’on est porteur d’un projet et que l’on croit sincèrement que ce projet procure un bonheur immense, temporel ou éternel, alors en principe on veut que tous ses frères en humanité souscrivent aussi à un tel projet, pour justement qu’ils ne soient pas écartés d’un tel bonheur.

Celui qui prétend affirmer : «Oui je crois au projet que je porte, mais je tolère que d’autres développent des contre-projets » est en fait un « salaud » selon la terminologie sartrienne.

C’est un salaud à double-titre :

D’une il semble de mauvaise foi, car si vraiment il a foi en son projet pour l’humanité, pourquoi ne cherche-t-il pas à vaincre les obstacles qui s’y opposent et détourner ses frères de leurs erreurs et de leurs conséquences malheureuses? On sent le type opportuniste qui a un plan B, au cas où ça capoterait et qui cherche surtout à retomber sur ses pieds et ménager ses arrières au cas où…, disons qu’il n’y croit pas vraiment…

De deux il n’a cure de la souffrance de ses frères : « Oh moi j’irais au Paradis, et tant pis pour eux s’ils vont en Enfer ».

En terme théologique le salaud manque tout à la fois de foi et de charité.

Georges Marchais était un communiste, mais ce n’était pas un salaud, et il s’est donc opposé au contre-projet immigrationiste du Grand Capital :

Georges Marchais

Après certes, le communisme était monstrueux, mais le monstre n’est pas nécessairement un salaud.

De même Charlemagne lorsqu’il fait passer au fil de l’épée tous les Saxons, qui persistaient dans leur paganisme, désobéit à L’Église qui n’accepte que les conversions librement consenties, mais ce n’est pas un salaud : l’Empereur très chrétien veut que tout son Empire soit chrétien, pour le bien de tous ses sujets. De même la contrainte bienfaisante de Saint Augustin est peut-être discutable, mais ce n’est pas celle d’un salaud : « Ne considère pas que tu es contraint, mais considère si c’est pour le bien ou pour le mal ».

Les exemples de salauds sont innombrables surtout à notre époque. Vous vous souvenez de la dernière campagne présidentielle lorsque Fillon déclarait qu’il était contre l’avortement à titre personnel, mais qu’il avait fait voter toutes les lois pour le favoriser ? du genre « Les tueries pas chez moi, mais chez mon voisin je m’en tamponne le coquillard… ». Voilà un exemple de beau salaud.

Et puis tous ces politicards gauchistes, philosophes de pacotilles, promoteurs de double-éthique, évêques azimutés, chanceliers, chancelières et dirigeants libéraux vendus à l’oligarchie, qui vous bassinent à longueur de journée qu’il faut toujours plus d’immigrés et de migrants, que c’est une chance pour l’Europe, qu’il faut que l’Europe continue d’intensifier ses flux migratoires, et qui dans le même temps ne sortent pas un sou de leur poche pour les prétendues « chances », qui n’accueillent pas un seul migrant dans leurs luxueuses propriétés et quartiers de riches, qui envoient leurs enfants dans des écoles de prestige, bien propres, bien catholiques et bien blanches, qui se marient entre gros bourgeois blancs, qui évitent à tout prix la lie et les mésalliances, et qui poussent des cris d’orfraie lorsqu’un malheureux de souche se permet la moindre allusion, qui pourrait éventuellement avoir des relents de xénophobie… « Ah celui-là ! on va pas le louper, un petit tour en prison, comme ça il y côtoiera encore plus de « chances » que dans sa cité pourrie :». Eh bien tout ça c’est un ramassis de salauds : des salauds qui ne croient pas ce qu’ils disent, qui ne vivent pas ce qu’ils prônent, et qui n’en ont rien à foutre de la souffrance du peuple, occasionnée par leurs délires.

Mon ancien curé m’avait dit deux choses dont je me souviens parfaitement : « Cela ne me dérange pas que l’État soit indifférent en matière religieuse » et «je ne souhaite pas que tout le monde soit catholique». Même trois, au sujet de l’éventuelle conversion d’une orthodoxe hésitante, il lui avait dit « Restez comme vous êtes, vous êtes très bien comme ça », ce qui d’ailleurs ressemble étrangement à ce qu’a dit François à ce jeune athée…

Il y a en fait beaucoup plus de salauds chez les conciliaires, que chez les tradis et sédévacs, parce que VATICAN II introduit une double-herméneutique, comme l’avait si bien noté Benoît XVI en son temps : celle de la rupture et celle de la continuité. Donc on ne sait jamais vraiment à quelle herméneutique souscrit untel ou untel. Untel déclare accepter VATICAN II, mais dans la pratique il reste en conformité avec l’enseignement préconciliaire, refusant par exemple le dialogue interreligieux, et ne sachant pas d’ailleurs comment ajuster le pré- et postconciliaire, un peu comme deux pièces d’un puzzle qui s’emboîtent mal, le tout pour lui est d’avoir le label VATICAN II pour rentrer dans le rang et normaliser sa situation, après la qualité reste préconciliaire. Tel autre, lui aussi déclare accepter VATICAN II, mais de façon pratique s’engouffre à fond dans les nouveautés et bizarreries , type « Rencontres d’Assise » : patchwork de religions mélangeant le vrai et le faux, on prie ou on ne prie pas ensemble, c’est selon, mais on se serre la paluche, on s’envoie des compliments, on se manifeste un respect mutuel sous les bons auspices de Bouddha, Mahomet, Jésus, Vishnou, Krishna…quelle est la continuité avec l’enseignement préconciliaire ? on ne sait pas trop, c’est nouveau, ça vient de sortir, c’est comme ça… la continuité n’est plus que nominale, de façon pratique les 20 conciles généraux et dogmatiques précédents ont été oubliés (Comme disait mon ancien curé « C’est vieux tout ça ! », alors si on va jusqu’au bout de la logique, 2000 ans et les Saintes Écritures c’est encore plus vieux…)

Alors je sais bien que stratégiquement il vaut mieux avoir les jusqu’au-boutistes dans son camp et les salauds dans le camp de l’ennemi, parce qu’on conserve ainsi toujours la possibilité de retourner les salauds du camp d’en face et abréger ainsi le conflit et les souffrances, en vue d’une victoire rapide. Ainsi, comme ennemi, on préfèrera toujours avoir un Gorbatchev (qui a dissout l’empire soviétique) à un Staline, ou un Himmler qui a cherché à négocier une paix séparée avec les Américains à un Hitler, ou encore un CFDT à un CGT, etc… Durant la 2ème guerre, les Français étaient facilement retournables (« Pétainistes sous Pétain, Gaullistes sous de Gaulle »), en revanche pour retourner les Japonais, il a fallu y mettre le paquet si j’ose dire. Grosso merdo on préfèrera toujours affronter un salaud à un fanatique.

C’est un peu ce qu’a cherché à faire Philippe de Villiers qui racontait qu’il avait reçu Macron au Puy du Fou, et celui-ci n’arrêtait pas de se retourner vers Brigitte pour dire « Il a raison ! il a raison !… », sauf que le pauvre de Villiers fut fort déconfit lorsque son « poulain » décida de passer à autre chose, comme par exemple de produire le groupe afro-homo LGBTQ sur le parvis de l’Élysée, lors de la dernière fête de la musique, ah c’était d’une beauté et d’un goût, et les costumes et les paroles…

Eh oui mais le problème c’est que pour retourner un salaud il faut lui faire valoir son intérêt. Du temps de la Chrétienté c’était relativement facile : on ramenait à l’ordre le prince déviant en le menaçant de délier ses vassaux de leur serment envers lui, s’il n’obtempérait pas il se retrouvait dans la merde et était obligé d’aller pieds nus et dans le plus simple appareil faire amende honorable à Canossa, « T’as compris la leçon mon gars ? tu vois il est de ton intérêt de rester un bon catholique en communion avec le Pape et l’Église ». Alors qu’aujourd’hui, que voulez-vous faire valoir comme intérêt ? il n’y a même plus de vote catholique ou si peu, sans compter qu’il est de plus en plus difficile de motiver les authentiques catholiques d’aller voter pour des salauds manifestes, qui tourneront casaque dès que le vent tournera un peu…



Message modifié (16-11-2018 14:35)

Répondre à ce message
 
 Re: Renversant!
Auteur: Stagire 
Date:   17-11-2018 15:40

Cher Alcor,

> au sujet de la
> sincérité et de l’engagement en matière politique,
> philosophique et religieuse.

Ce sujet présente des difficultés redoutables. C'est que le vrai se présente de trois manières : en théorétique, en pratique, en fabrique (technique).

Celui qui est dans l'erreur, alors qu'il est convaincu de ne pas y être, se défendra contre ce qu'il juge faux avec sincérité.

Cordialement

Répondre à ce message
 Liste des forums  |  Vue en arborescence   Nouveau sujet  |  Anciens sujets 


 Liste des forums  |  Besoin d'un identifiant ? Enregistrez-vous ici 
 Connexion
 Nom utilisateur:
 Mot de passe:
 Retenir mon login:
   
 Mot de passe oublié ?
Veuillez saisir votre adresse e-mail ou votre identifiant ci-dessous, et un nouveau mot de passe sera envoyé à l'e-mail associé à votre profil.