Questions disputées

 
 
Charte du forum
 
agrandir
 Nouveau sujet  |  Remonter au début  |  Retour au sujet  |  Rechercher  |  S'identifier   Nouveau sujet  |  Anciens sujets 
 Les fins dernières
Auteur: Alcor 
Date:   15-05-2019 13:43

Je lisais un traité sur le Purgatoire:

http://eschatologie.free.fr/livres/purgatoirelouvet.htm

C'est très bien documenté, mais c'est effrayant, c'est d'ailleurs ce que disait Saint Bellarmin:

"Cet exemple me remplit vraiment de terreur toutes les fois que j'y pense en voyant un pontife si digne d'éloges qui passe pour un saint aux yeux des hommes sur le point de manquer son salut et condamné aux plus horribles tourments du purgatoire jusqu'à la fin du monde quel sera le prélat qui ne tremblera de tous ses membres ? Qui ne sondera les derniers replis de son coeur pour en chasser les moindres fautes ?". (On peut consulter sur cette histoire : Surius, Vie de sainte Lutgarde, liv. III, chap. IV, et Bellarmin, de gemitu columboe, liv. II, ch. IX.)"

Ceci étant dit, après la frayeur c'est la consternation, car voici l'avertissement "moderne" donné aux lecteurs:

"AVERTISSEMENT AU LECTEUR : Cet ouvrage manifeste l'interprétation ancienne des dogmes sur le purgatoire. Il qui donne souvent une impression d'implacable rigueur judiciaire.

Certaines considérations sur la masse des damnés ont été rejetées par le concile Vatican II. D’autres considérations sur la matérialité des peines de certaines âmes se comprennent à condition de relire la parole de Jésus (Luc 6, 36): « Montrez-vous compatissants, comme votre Père est compatissant. Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés; remettez, et il vous sera remis. Donnez, et l'on vous donnera; c'est une bonne mesure, tassée, secouée, débordante, qu'on versera dans votre sein; car de la mesure dont vous mesurez on mesurera pour vous en retour. "

Il est probable que les âmes de cette époque, souvent peu compatissantes et axées sur la recherche de la perfection vertueuse, se sont imposé ce genre de purgatoire correspondant à la mesure de leur mentalité.

Mais l'ouvrage contient un florilège très riche et très actuel d'histoires tirées des visions des plus grands saints."

Je vous laisse apprécier "les âmes de cette époque, souvent peu compatissantes", et l'accusation de subjectivisme à leur encontre.

C'est extraordinaire de voir à quel point l'esprit moderne peut dénigrer le passé (plus là pour lui répondre, c'est commode) et ne pas s'apercevoir de sa propre subjectivité.

Voilà, on est toujours dans la dichotomie avant/après Vatican II et dans des abîmes de perplexité, et l'on n'est pas prêt d'en sortir...



Répondre à ce message
 
 Re: Les fins dernières
Auteur: Delaporte 
Date:   15-05-2019 17:42

Cher Alcor,

Arnaud Dumouch est un garçon charmant, mais un "thomiste" libéré qui n'hésite pas à flirter avec des hérésies variées et parfois très personnelles.

Autant son travail de collection des traductions des œuvres de st Thomas est respectable, autant le reste demande les plus expresses réserves.

Cordialement

L'animateur

Répondre à ce message
 
 Re: Les fins dernières
Auteur: Alcor 
Date:   16-05-2019 09:32

Cher animateur,

Quand je pense qu’Arnaud a été renvoyé pour motif de traditionalisme ou tout au moins « traditionalisant », je n’ose imaginer ce que doivent penser ceux qui l’ont renvoyé, probablement qu’ils ne croient plus en rien, du coup cela ne m’étonne pas qu’ils n’enseignent plus rien sur les fins dernières…

Je pense que nous avons la même frayeur qu’avaient les apôtres :

« De plus en plus déconcertés, les disciples se demandaient entre eux : « Mais alors, qui peut être sauvé ? » (Saint Marc, 10, 17-27)

En effet, on se dit que si des âmes qui nous paraissent « quasi-saintes » en ce monde, subissent des peines atroces au Purgatoire, alors nous nous sommes bons pour les peines sempiternelles.

Et c’est là qu’intervient Arnaud pour nous rassurer : « Ne vous en faites pas, nous hommes modernes, nous avons un meilleur fond que nos ancêtres qui se sont plongés eux-mêmes dans leurs propres et terribles peines purgatives ». « Ah OK, si ce n’est qu’un effet de l’imagination morbide de psycho-masos, ça va… »

Sauf que non, ce n’est pas la réponse évangélique, la réponse évangélique ne dénigre pas, ne remet pas en cause, elle ne psychologise pas non plus, simplement :

« Jésus les regarde et dit : « Pour les hommes, c’est impossible, mais pas pour Dieu ; car tout est possible à Dieu. »



Message modifié (16-05-2019 09:34)

Répondre à ce message
 
 Re: Les fins dernières
Auteur: Olivarus 
Date:   16-05-2019 10:01

Ce qui compte ce n'est pas de sauver des âmes mais de sauver la planète.

Le messianisme charnel veut prendre la place du vrai, spirituel.


Les hommes d'Eglise (suivez mon regard) ont maintenant l'angoisse de sauver la planète, même dans une encyclique. On reprend volontiers la dogmatique du réchauffement climatique, le péché mortel c'est d'être climato-sceptique, pas du tout d'être en état de péché mortel pour communier. Tout est dans la tendance, pas dans la substitution franche mais dans la préoccupation doucement suggérée.

La peine de mort physique les angoisse mais pas la mort des âmes. L'enfer éternel ne les émeut pas, mais la mort physique de l'assassin, pas la mort spirituelle de l'assassin. Nous sommes tous condamnés à mort mais c'est le pire des assassins qui les préoccupe pas l'innocente victime. Non dans sa survie spirituelle mais corporelle...

Le bon larron pense qu'il mérite la mort, l'homme d'Eglise pense le contraire. Mais Jésus, lui l'innocent, s'intéresse au salut du larron, pas à contester la peine méritée.

Nous sommes dans l'inversion subtile du christianisme par étapes successives vers l'apostasie finale par voie de suggestion, pas d'affirmations franchement hérétiques, quoique...

Cordialement



Message modifié (16-05-2019 10:04)

Répondre à ce message
 
 Re: Les fins dernières
Auteur: Alcor 
Date:   20-05-2019 13:24

Cher Olivarus,

Ne croyant plus à la menace, ils ne croient plus au salut, ne croyant plus au salut, ils ne croient plus en leur Sauveur, fermez le ban.

Mais ils font toujours autorité, cherchez l'erreur...

A ce sujet je regardais notre dernière feuille paroissiale sur "l'urgence" à lancer une nouvelle évangélisation, et ce qui m'a le plus frappé c'est une absence: l'absence de finalité.

L'agent n'est plus l'agent d'une fin, il est "l'agent du fait" comme aimait à le rappeler mon ancient aumônier.

Cela me fait songer aux Chroniques de Froissart, qui racontait qu'une certaine chevalerie française était plus portée aux "hauts faits" et à la "belle geste", qu'à oeuvrer efficacement à la libération de la France.

Répondre à ce message
 Liste des forums  |  Vue en arborescence   Nouveau sujet  |  Anciens sujets 


 Liste des forums  |  Besoin d'un identifiant ? Enregistrez-vous ici 
 Connexion
 Nom utilisateur:
 Mot de passe:
 Retenir mon login:
   
 Mot de passe oublié ?
Veuillez saisir votre adresse e-mail ou votre identifiant ci-dessous, et un nouveau mot de passe sera envoyé à l'e-mail associé à votre profil.