Questions disputées

 
 
Charte du forum
 
agrandir
 Nouveau sujet  |  Remonter au début  |  Retour au sujet  |  Rechercher  |  S'identifier   Nouveau sujet  |  Anciens sujets 
 option
Auteur: seasun 
Date:   27-01-2004 08:52

= choix;
-préférentielle: établissant une préférence à l'avantage de
-des pauvres: vivant dans la pauvreté
-pauvreté: ? rencontrée là ou ici

Répondre à ce message
 
 Je somme Roland de s'expliquer!
Auteur: Yves 
Date:   27-01-2004 15:20

À quoi rime ce message, sabre de bois, chapeau pointu?

Répondre à ce message
 
 pauvretés
Auteur: Seasun 
Date:   29-01-2004 09:43

Monsieur Yves,

Question(préjudicielle ?) : De ce lieu, êtes-vous l’ordinaire ?
Seasun
______________________________________________________________________
En ce temps-là*, il y eut énoncé ; répondant à certaines exigences(orthographe, syntaxe, cohérence) ; puis une intervention**patiemment ex-pli-cative.
Actuellement , successivement, explication, question ; on s’interroge(ou se réinterroge)
sur « option préférentielle pour les pauvres »****
« Pauvreté », c’est quoi, ça ? *****



*question septique, 08.01.04/18.21’.
**10.01/00.06’ ; accompagnée de suggestions méthodologiques, suggestions formulées avec un tel humour*** qu’elles étaient dénoncées comme de possibles empiègements.
***remarque générale : ironie, à taux d’acidité variable, si tel producteur ne sait (ne se souvient , ne vit) qu’il lui est arrivé, qu’il lui arrive, de dévier quelque peu au cours de son apprentissage ; que le poids de la vie, du monde, la fatigue, parfois…
****sans questionnement d’ordres historique, sociologique… sur cette discrimination.
*****autre langage : ça rime à quoi ?

Répondre à ce message
 
 Re: pauvretés
Auteur: Yves 
Date:   29-01-2004 15:54

Vous savez... Seasun, c'est rendu mon nouveau surnom sur msn. Pis là, j'ai parlé de Roland à la petite monade (c'est une fille que j'appelle de même). J'y ai chanté «la chanson de Roland».

Répondre à ce message
 
 Re: pauvretés
Auteur: Seasun 
Date:   29-01-2004 23:37

et pourrez lui lire plus tard (en traduction française)l' Orlando innamorato; et puis
Orlando furioso.

Répondre à ce message
 
 Re: pauvretés
Auteur: Roland 
Date:   12-02-2004 07:37

Pauvreté-Exemple recueilli:
<i> Le vocabulaire philosophique est pauvre; nous sommes constamment à utiliser
les mêmes mots pour traiter de problèmes différents</i>Fabrique de la pensée
12.02.04/02.39.

Répondre à ce message
 
 Re: pauvretés
Auteur: vincent 
Date:   17-02-2004 21:34

Le vocabulaire philosophique est pauvre; nous sommes constamment à utiliser
les mêmes mots pour traiter de problèmes différentsFabrique de la pensée

Le Deutéronome interdit le prêt rémunéré entre Juifs mais l'autorise à un non-juif. Saint Ambroise l'autorise également s'il s'agit de prêter à "celui qu'il ne serait pas criminel de tuer. Là où il existe un droit de guerre, il y a également un droit d'usure". Le pape Léon le Grand : "l'intérêt de l'argent, c'est la mort de l'âme". Saint Bonaventure résume l'idée aristotélicienne et biblique de la stérilité de l'argent : "L'argent ne fructifie pas par lui-même mais son fruit lui vient d'ailleurs". Pour les Juifs du temps de Jésus, l'intérêt était interdit ; ce qu'ils sont en droit d'attendre, ce n'est pas une rétribution mais seulement la possibilité de recevoir un jour, en cas de besoin, la réciprocité du service rendu (il est remarquable que le même mot de la Vulgate, mutuum ¸signifie à la fois "emprunt" et "réciprocité"). En rappelant la parole du Christ, "ne redemandez pas votre bien à celui qui vous l'emprunte", l'Eglise en fait un appel à la sainteté et ne demande pas qu'on en fasse une loi. Par contre, elle mène une guerre sans merci au prêt à intérêt. La doctrine des Pères eut toujours, on le conçoit, la faveur des masses. Dante rencontre l'"usurier" dans son enfer.
Vix pervenit pose usure =intérêt=interdit

Répondre à ce message
 
 Re: pauvretés
Auteur: censuré 
Date:   20-02-2004 15:04

Le magistère de l'Eglise pose en de nombreux textes l'équivalence de la notion intérêt, c'est de l'usure, quelque soit le taux, notamment:

Vix Pervenit.

......il ne servirait à rien de dire que ce profit n'est pas excessif mais modéré; qu'il

n'est pas grand, mais petit;

En quoi consiste l'usure, extrait de l'encyclique vix pervenit...

1o- L'espèce de péché qu'on appelle usure réside

essentiellement dans le contrat de prêt «MUTUUM». La nature de ce

contrat demande qu'on ne réclame pas plus qu'on a reçu. Le péché

d'usure consiste pour le prêteur à exiger, au nom de ce contrat, plus qu'il

n'a reçu et à affirmer que le prêt lui-même lui donne droit à un profit en

plus du capital rendu. Ainsi tout profit, de ce genre, qui excède le capital,

est illicite et usuraire.

2o Fausses allégations pour légitimer l'usure ainsi définie

Il- Et certes, pour ne pas encourir cette note infamante, il ne

servirait à rien de dire que ce profit n'est pas excessif mais modéré; qu'il

n'est pas grand, mais petit; -que celui à qui l'on réclame à cause du seul

prêt, n'est pas pauvre mais riche, ou bien même qu'il ne doit pas laisser

inutilisée la somme prêtée, mais l'employer très avantageusement pour

augmenter ses biens, pour acquérir de nouveaux domaines, pour faire des

affaires lucratives.

3o Vraie raison qui condamne l'usure

En effet, la loi du prêt a nécessairement pour objet l'égalité

entre ce qui a été donné et ce qui a été rendu. Donc, tout homme est

convaincu d'agir contre cette loi quand, après avoir reçu un équivalent, il

n'a pas honte d'exiger, de qui que ce soit, quelque chose de plus en vertu

du prêt lui-même. Le prêt exige, en justice, seulement l'équivalence dans

l'échange. Par conséquent, si une personne quelconque reçoit plus qu'elle

n'a donné, elle sera tenue à restituer pour satisfaire au devoir que lui

impose la justice dite commutative, vertu qui ordonne de maintenir

scrupuleusement dans les contrats de commerce l'égalité propre à chacun

d'eux, et de la rétablir parfaitement quand on l'a rompue.

---....

http://www.finality.ch/edi01-09.htm

Répondre à ce message
 
 Re: pauvretés
Auteur: Roland 
Date:   22-02-2004 03:04

merci de nous avoir rappelé ou appris l'existence de la bulle(et non encyclique; mais ce détail a pu vous échapper) pontificale <i>Vix pervenit</i>adressée par le pape Benoît XIV aux évêques italiens en 1745 ,au moment où l'Italie est encore morcelée, au point qu'on parlera encore d' elle comme d' une "expression géographique";pour un historien, c'est intéressant.

Ici, croyez-moi, il ne s'agit pas d'une censure mais d'une question d'endroit où débattre de ces poblèmes complexes. Car que penser des
lucrum cessans, stipendium laboris,damnum emergens, periculum sortis et
ratio incertitudinis?

Répondre à ce message
 
 Re: pauvretés
Auteur: censuré 
Date:   22-02-2004 08:05

Cette bulle a été étendue au monde entier et elle a même été acceptée par l'un des derniers conciles des catholiques chinois libres, même si la loi civile permet l'intérêt, le simple droit naturel doit l'interdire, confiment-ils par écrit, notamment l'antichrèse.
voir
http://www.largeur.com/expDebat.asp?debID=756


Les rusés rendent volontairement le débat compliqué pour en profiter.
Les banquiers Fugger payaient grassement des "philosophes" pour ce faire.

Mais en fait, c'est très simple. Vix pervenit ne fait que quelques pages et les courbes exponentielles sont assez explicites.
http://www.finality.ch/edi01-09.htm

Gagner sans rien faire, en ne regardant qu'une horloge, n'est pas chrétien.

Que votre oui soit oui, tout le reste vient du Mauvais...

C'est l'un des endroits pour en discuter car St Thomas a analysé et condamné cette réalité abjecte qui tue encore aujourd'hui, comme vient de le rappeller avec ces mots le Pape Jean-Paul II

Répondre à ce message
 
 Re: pauvretés
Auteur: Roland 
Date:   22-02-2004 11:35

La question est grave. Il est question, oui, vraiment d'abjection.
Depuis un siècle et demi, l’Eglise a combattu(aucun doute n’est plus possible) deux totalitarismes. Reste la situation actuelle.
Il est question d’individualisme et de matérialisme. La poser en termes d’argent présente le risque que vous connaissez ; nous nous efforçons de l’éviter.
Votre matinal message me donne du travail ; je vais certainement devoir vous en donner.

" Que votre oui soit oui et que votre non soit non, le reste vient du Mauvais"* et
"Il n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre." Nous sommes d'accord sur
ces paroles, nous les avons bien entendues; et
pas encore assez méditées.
Et déjà, la première*
peut nous renvoyer à une question d'argent: celle où il est question d'impôt.

L’histoire est une de mes spécialités ; non point tant l’histoire consommée***
que produite ; des milliards de faits échappent (sans parler des non enregistrés) ;
on doit faire des choix. La production demande l’exercice de ce que l’on appelle la critique historique.

Et ici, vous ne facilitez pas la tâche de vos éventuels interlocuteurs qui risquent de se décourager. Je rapellerai les quelques inexactitudes que j’ai déjà pu relever ; n’en parlons plus, c’est du passé.
Mais on peut penser et prévoir que dans un débat oral, vous vous retrouveriez rapidement centrifugé ; une interprétation de cette centrifugation est parfois donnée : censure, exclusion. Ne craignez ni l’une ni l’autre ; au besoin, continuez le combat que vous estimez juste, ailleurs***
Une des premières choses que je vous demanderai, c'est de bien vouloir
reprendre votre nom ou ,à tout le moins ,de signer: "ex-censuré".
Bon dimanche; cordialement, Roland






*qui fournit un bel exemple de ce que l'on appelle, en code élaboré, une double contrainte; autre exemple: la question posée à sainte Jeanne d'Arc lors de son procès.
Nous même, peut-être…

**il en est d'autres; une qui me vient à l'esprit "Faites-vous des amis..."
***dont il a été dit, de façon imagée(je vs donnerais tous détails sur demande ; je cite de mémoire)
produit très dangereux ; produit par la chimie de l’intellect humain.
**** cet adverbe peut être lu comme renvoyant à un ou plusieurs endroits ; vous le savez :
témoins, les nombreux courriels que vous et vos amis envoient.

Répondre à ce message
 Liste des forums  |  Vue en arborescence   Nouveau sujet  |  Anciens sujets 


 Liste des forums  |  Besoin d'un identifiant ? Enregistrez-vous ici 
 Connexion
 Nom utilisateur:
 Mot de passe:
 Retenir mon login:
   
 Mot de passe oublié ?
Veuillez saisir votre adresse e-mail ou votre identifiant ci-dessous, et un nouveau mot de passe sera envoyé à l'e-mail associé à votre profil.